A (re)lire et (re)découvrir

Comme vous le savez (ou comme vous le saurez en lisant l’article juste en dessous), en 2019, Bavardages a déménagé, Bavardages a fait peau neuve, Bavardages à quitté son premier costume de scène pour enfiler un nouvel habit de lumière. Mais Bavardages ne change pas, comme le chante si bien Céline, et il y avait déjà beaucoup de choses publiées sur cette version du blog qui manquent à la nouvelle.

Quand on déménage, on invente une nouvelle déco mais on emmène aussi ses anciens meubles et ses vieilles peluches avec soi. C’est ce qu’il manquait à la version pimpée du blog, et il est grand temps de dépoussiérer de vieux articles sur des livres toujours aussi géniaux. L’occasion de (re)lire les articles comme les livres :

  1. Lolita, de Vladimir Nabokov – voir l’article.
  2. Le Dieu des Petits Riens, d’Arundhati Roy – voir l’article.
  3. (à venir prochainement)
  4. (à venir prochainement)

Histoires d’aéroports

Dans mon souvenir, l’aéroport était un lieu d’angoisse où on te fait te sentir grand criminel alors que tu veux juste promener ta dégaine de touriste à travers le monde, appareil photo et bermuda à l’appui. Nouvelles expériences cette année avec les aéroports de Paris CDG, Paris Orly, Bologne et Marrakech.

Pour moi, pas vraiment de différence entre Roissy et Orly. J’ai quand même une grande préférence pour Charles de Gaulle, plus facile d’accès et plus « net » qu’Orly, qu’on a déjà du mal à rejoindre et qui paraît plus bordélique dès l’entrée. Il y a deux ans de ça, je travaillais comme hôtesse accompagnatrice pour des groupes entre les gares et aéroports parisiens (escorte, comme on dit dans le milieu), et c’est clairement à Orly que j’ai eu le plus de galères. Mais bon, techniquement, à Paris tout va bien, c’est facile. Lire la suite

Un de plus sur ma liste

Il y a un peu moins de dix ans, j’ai eu la chance faire mon premier vrai voyage. Le genre de rêve qu’on a sans savoir si finalement ça nous plaira tant que ça. Avant que j’ai eu trop le temps d’envisager la question, la vie a conseillé à mon oncle de nous inviter ma cousine et moi à passer un mois entier chez lui… au Costa Rica. Ça commençait très fort et depuis je me dis chaque année qu’il faut que je m’organise un voyage. L’oncle en question a passé sa vie à beaucoup voyager, de part son métier – la diplomatie – ou juste par passion. Au cours de ce séjour, il nous a dit deux choses : si on a envie de voyager, il suffit juste de pousser la porte d’une agence de voyage et d’acheter un billet d’avion (ou de le réserver sur internet), et il nous a fait part de sa liste de pays visités. Le principe est très très simple, c’est la liste de tous les pays où on est allé, peu importe combien de temps. Il faut juste y avoir passé au moins une nuit pour que ça compte (je dois donc exclure de ma liste personnelle la Suisse, et il y a encore peu de temps l’Italie). Un truc qui allie ma passion des listes et mes envies voyage. Lire la suite

Ateliers d’écriture

Me revoilà ! En pleine crise rédactionnelle, j’avais décidé d’arrêter un peu d’écrire. De bavarder en tout cas. Mais bon, on ne se refait pas, non seulement j’écris de plus en plus, mais j’ai aussi plein de choses à dire. Je mets donc fin à mon mois sabbatique pour vous raconter mes expériences et découvertes.

Pour Noël, ma mère m’a offert le pire meilleur cadeau possible : m’inscrire à des ateliers d’écriture. « C’est bien beau d’écrire sur tout et n’importe quoi et de piailler bavarder sur internet, mais maintenant il faudrait écrire pour la vraie vie » (Oui, j’exagère). Un petit défi que je ne me serais probablement pas lancé toute seule, ou pas avant un bon moment… Pas envie d’être un peu obligée d’y aller alors que je n’ai rien demandé, mais justement la meilleure raison de s’y rendre. Parce que ça fait un peu peur, qu’on ne sait pas trop à quoi ni à qui s’attendre, et que même si ça ne devait pas se passer extrêmement bien, ça reste toujours une expérience qui enrichit. Lire la suite

La Petite Rockette

Découverte cette semaine de la Petite Rockette, restaurant mais pas que.

J’avoue que je ne connaissais pas bien le concept général de l’association. Une amie y avait fait un reportage et avait trouvé ça super, nous avions donc prévu de retourner y déjeuner. Très, très bonne surprise ! Entrée + plat + dessert (et café, bien sûr) vraiment bien cuisinés et à base de listes de légumes longues comme le bras, et de légumes bio. Vraiment bon, pas très cher, et l’occasion de découvrir l’histoire d’Henri « Papillon » Charrière (voir le film de Franklin J. Schaffner) en discutant avec la personne présente. Lire la suite

…Bologne

Pour le reste du séjour, pas d’autre aventure majeure à recenser. On a rempli notre agenda de promenades, visites du patrimoine culturel et architectural de Bologne, shopping et repas démentiels.

Pour ce qui est du culturel, on a surtout visité l’église San Petronio, qui a un drôle d’aspect : une petite partie en marbre devant, super classe, et les 98% restants finis n’importe comment. La prochaine fois que je publie quelque chose je fais pareil. Apparemment, à l’époque, le projet était de construire l’église la plus belle du monde ou à peu près, et c’est vrai que c’était bien parti, sauf que le pape n’était pas vraiment pour et a mis son grain de sel divin dans l’affaire. Du coup, il a bien fallu finir, mais sans budget, le rendu est moins époustouflant. Au final, c’est quand même assez intéressant architecturalement parlant, et l’intérieur reste magnifique. Lire la suite

Bologne – Jour 1

Alors ces quelques jours de vacances ? Vous allez rire, ça a commencé très très fort. Je vous passe le réveil avant l’aurore, le métro et le RER pour rejoindre Roissy, l’excès de joie malgré l’heure matinale, le passage de la sécurité, l’essai de tous les parfums des Duty Free, l’embarquement et comment on s’est retrouvées à bord. C’est à ce moment-là que ça a commencé. En apparences, nous avons juste passé le vol à discuter, manger des pains aux chocolats et s’extasier devant la vue sur les nuages. Sauf que quinze minutes après avoir quitté l’avion et déjà installées dans l’Aérobus pour rejoindre Bologne : « Mathilde, je ne trouve pas ma carte d’identité». On sort du bus, on retourne toutes mes affaires, on réfléchit, et il apparaît que j’ai simplement laissé ma carte d’identité et mon billet dans l’avion, dans la pochette du siège… Bien joué ! En fait je n’avais pas du tout rempli mon quota de conneries pour 2018 ou pour le mois de janvier, apparemment. Lire la suite

Mauvaises fréquentations

Ces derniers temps, il semblerait que mes fréquentations aient une mauvaise influence sur mon existence. Au boulot, déjà. Très bonne entente avec l’équipe, et c’est comme ça qu’on se retrouve avec trois collègues dans un excellent resto chinois à volonté. Folie gustative et défi physique : tout faire rentrer dans mon ventre. J’ai eu la présence d’esprit de ne pas trop bien retenir la localisation exacte de l’endroit et de ne surtout pas prendre la carte en partant. Grand danger pour mon portefeuille, mon agenda déjà compliqué et ma santé (mentale et physique). Après, étant donné que mes collègues restent les mêmes et compte tenu de ma grande influençabilité, on n’est pas à l’abri d’une récidive. (Si vous voulez quand même des infos sur le lieu, c’est un restaurant Hot Pot à République). Lire la suite

Plier bagages

Avant chaque départ en vacances / voyage, même refrain : « on ne part que cinq jours, pas la peine de louer un camion de déménagement ». Ok nickel, aucun souci, j’avais l’intention de voyager léger. Je vais quand même prendre ma grosse valise, mais c’est pour avoir de la place pour ramener plein de chose en revenant, là je n’ai quasiment rien à emporter.

Léger tu parles. Je me sens toujours obligée d’emporter trois pantalons, au moins une jupe, une robe, cinq tee-shirts, un pull, une ou deux vestes, des polos, un pyjama (je pousse même parfois jusqu’à en prendre un de rechange), des sous-vêtements plus que de raison et des tenues de sport complètes (pour au final juste glander). Sans compter que j’en rajoute souvent avec un foulard ou une écharpe en plus (vous comprenez, pour que ce soit assorti…), un maillot de bain, des fois que je croise une piscine, un sauna ou la mer, des baskets, des chaussures à talons, un petit sac à main au cas où et tout ce qui pourra me passer par la tête en termes de « mais si jamais… ». Lire la suite